Evolution progressive de la Métaformie, méthode thérapeutique
Texte mis à jour en janvier 2022

Lors de la conférence de novembre 2008 Catherine Atger a annoncé la naissance de « La Métaformie ». Vous pouvez retrouver le texte de cette conférence en téléchargement.
Ce fascicule permet d'observer la métaformie dans ses débuts. Il peut être lu plus tard par ceux qui sont particulièrement intéressés par cette méthode.

Télécharger le fascicule.pdf


La métafomie a ensuite progressé et développé différents secteurs.

Au départ, en 2008: La métaformie est centrée sur la notion de chakras assimilateurs de mémoires, la possibilité de les ressentir, la pratique de la lecture des causes d’une maladie, une première approche de la notion d’entité, du passage d’âme et l’impact de la lignée dans les répétitions familiales ou l’expression de maladies. (Voir la vidéo de 55 minutes qui démontre essentiellement la localisation de la psyché comme correspondant aux trois premiers plans de l’aura, le rôle des chakras capteurs d’évènements, la nature des mémoires génératrices de maladies, la nature des entités comme psychismes survivants au-delà de la mort du corps physique)

2011: la représentation de l’arbre de vie se précise pas à pas. Emergent les notions des Forces positives, le concept de jumeaux et une technique d’accès spécifique aux vies antérieures.

Voici un exemple fictif de séance telles qu’elles sont réalisées de 2011 à aujourd’hui. On y trouve la codification spécifique utilisée en métaformie pour accéder à un roman psychogénétique, avec l’intégration d’une vie antérieure (roman antérieur). Ceci permettra un meilleur rapport de la personne à sa vie actuelle et à ses liens familiaux.



Codifications

Une femme est symbolisée par une lentille centrale noire, un homme par une lentille centrale blanche.

Le corps physique est réduit à une ligne verticale partant de la lentille noire ou blanche.

La psyché de cet être est signifiée par un cercle plus grand à l’image de l’œuf de l’aura.

L’âme de cet être est activée par un petit point violet placé le long de la colonne d’énergie centrale, donc dans l’axe du trait représentant le corps.

Activé signifie qu’on y pense, que nous prêtons attention à, ou que nous y posons notre conscience.

L’acte du dessin de la psyché d’une personne décédée réveille ou appelle celle-ci. Représenter l’âme appelle ou réveille la part spirituelle de ce fantôme qui immédiatement perd son statut de fantôme pour devenir un être qui lie psyché et esprit comme cela se passe entre deux étapes de la vie après la vie. Il est dès lors capable d’écoute et de respect de l’autre.

La couleur dans la psyché représente la part spirituelle ou informationnelle qui est activée par l’intention et par l’acte du coloriage.

Si, dans une branche généalogique vous observez un personnage entouré d’une psyché, c’est qu’au début de la séance il était « psychique », donc un fantôme. Pendant la séance, on a appelé son âme en dessinant le petit point violet. Il a été donc capable d’écoute et d’expression paisible de sa situation. Puis il acceptera de vivre un passage d’âme. Lorsqu’il a été ainsi transmuté au cours de la séance, la sphère psychique aura été coloriée.

Si vous observez une petite lentille entourée uniquement de couleur sans cercle psychique, c’est que ce personnage en début de séance était déjà lumineux ou informationnel, il avait donc déjà passé les deux étapes de la vie après la vie, perdu son corps et sa personnalité. Il est donc à ce jour passible d’être réincarné et, pourquoi pas, réincarné dans la vie actuelle de la personne en séance.

La couleur dans la psyché représente la part spirituelle ou informationnelle qui est activée par l’intention et par l’acte du coloriage.

Si, dans une branche généalogique vous observez un personnage entouré d’une psyché, c’est qu’au début de la séance il était « psychique », donc un fantôme. Pendant la séance, on a appelé son âme en dessinant le petit point violet. Il a été donc capable d’écoute et d’expression paisible de sa situation. Puis il acceptera de vivre un passage d’âme. Lorsqu’il a été ainsi transmuté au cours de la séance, la sphère psychique aura été coloriée.

Si vous observez une petite lentille entourée uniquement de couleur sans cercle psychique, c’est que ce personnage en début de séance était déjà lumineux ou informationnel, il avait donc déjà passé les deux étapes de la vie après la vie, perdu son corps et sa personnalité. Il est donc à ce jour passible d’être réincarné et, pourquoi pas, réincarné dans la vie actuelle de la personne en séance.

Exemple de soin fictif

Voici notre histoire fictive : Adèle, divorcée très jeune, a vécu seule avec ses deux fils. L’un est décédé à 19 ans d’un accident, l’autre est parti en voyage et ne donne aucune nouvelle. Adèle souffre de solitude.

La recherche des causes, nous fait découvrir l’histoire d’une femme à 7 générations (F7) dans la lignée. Son mari (H7) a disparu lors d’un voyage en Amérique, ses deux fils (H6) mourront en guerre. On observe, sur le schéma ci-dessous, que la femme est en bas astral comme ses deux fils (leur psyché, représentées par de grands cercles, sont toujours, en début de séance, dans l’espace/temps de leur existence). Cette femme nourrit des fréquences d’abandon, et génère une répétition familiale où les femmes se retrouvent seules, dans l’ignorance de leur père, de la destinée de leur époux, ou dans la perte de leur fils. Dans cette même lignée, les hommes disparaissent ou décèdent jeunes…

On observe au cours de la construction du roman psychogénétique que le mari de l’ancêtre racine est en lumière. On teste au pouls et on comprend alors que ce mari est une vie antérieure d’Adèle. Cette âme a choisi de revenir dans cette lignée pour libérer de l’enfer sa femme et ses fils antérieurs.



Catherine Atger


On observe que la fréquence générée par ce roman psychogénétique, ou cette ancêtre racine, c’est-à-dire la femme F7, est de l’abandon.

Le roman psychogénétique sera apaisé par le passage d’âme des acteurs du roman.

Lorsqu’il y a de surcroit une vie antérieure, donc un roman antérieur, il est proposé d’écrire avec la conscience actuelle de la patiente et l’aide du thérapeute, une nouvelle version de la vie antérieure. On se rend compte en approfondissant la mise en conscience de cette vie antérieure que cet homme avait rencontré une autre femme aux Amériques et qu’il n’a pas osé parler à sa seconde femme de la famille abandonnée en France. Il était heureux et épanoui. Il a « oublié » ses anciennes responsabilités. Le thérapeute propose d’imaginer : si, par exemple, l’homme qu’elle était, parti aux Amériques, avait donné une importance à envoyer de ses nouvelles à sa première femme et ses enfants, quitte à leur dire la vérité ? Cela aurait peut-être permis à la première femme de refaire sa vie… Adèle notre patiente reconnait qu’elle a encore dans sa vie actuelle de la peine à communiquer de peur de blesser les personnes… Au lieu d’exprimer ses idées, elle a tendance à fuir les situations. La réécriture du roman antérieur va agir et modifier la structure psychique d’Adèle d’aujourd’hui.

Une sous-personnalité ou jumeau porte ces histoires dans la vie actuelle d’Adèle. A la fin du soin, le jumeau se déplace de la sphère psychique vers la part spirituelle d’Adèle. Il génère des fréquences de force, en B+, La Joie.

Depuis ce jour-là, Adèle est portée par son jumeau-guide : elle est naturellement beaucoup plus souriante, dynamique. Elle se sent plus légère car, non seulement elle a moins de pression psychogénétique mais on a aussi accompagné en lumière son fils actuel décédé. Peu après, son autre fils parti en voyage lui donnera enfin des nouvelles pour lui annoncer son retour prochain et combien il est heureux avec sa compagne et leur petite fille.

2013 : Développement de l'enfant

Cette année-là, les recherches en métaformie mettent l’accent est sur le développement de l’enfant. L'enfant pourrait se construire aussi bien dans son ambiance familiale que dans celle inhérente à sa réalité psychogénétique. Il peut être aussi déterminé par des mémoires ou marques venant de vies antérieures et notamment de sa dernière vie. Proposer aux parents d’alléger leur patrimoine psychogénétique peut aider un jeune enfant aussi bien pour sa bonne venue au monde que pour la construction de sa personnalité. De plus, permettre aux parents de connaitre l’essentiel de la dernière vie de leur enfant leur donne les moyens de l’accueillir dans sa vie actuelle afin qu’il s’y investisse pleinement.

Les enfants peuvent facilement voir les personnes décédées, qu’elles soient fantômes ou êtres lumineux. Le rôle des parents est de leur donner des règles concernant ce type de contact. Si un enfant voit des fantômes, il doit en parler à ses parents. Ce sont eux qui vont prendre en charge l’éventuel passage d’âme de l’entité perçue par leur enfant. Si l’enfant voit des êtres chers lumineux, il peut se connecter à eux sans danger.

Hypothèse pour échapper aux psychoses :


Il est important d’éviter de dire à un enfant « qu’il n’y a rien » dans la pièce, car si le parent ne donne pas de mot pour désigner ce type de perception, l’enfant en perdra la maîtrise. Certains d’entre eux, enfant ou adultes, continuant à avoir ces perceptions visuelles, tactiles, auditives ou sensitives, pourront développer ce que nous appelons de nos jours diverses formes de psychoses. Les entités arriveront dans leur champ psychique comme du « réel », une perception non nommée qui pourra les décaler, leur faire changer d’identité ou qui les agresseront. Leur entourage considérera leurs perceptions comme des hallucinations puisqu’il s’agit de réalités devenues invisibles pour la plupart d’entre nous, humains européens du 21ème siècle. Alors que si, dès la petite enfance, ces réalités vibratoires sont familières, les bonnes attitudes à l’égard de ces réalités psychiques seront alors adoptées.

Elargir son champ de conscience dès son plus jeune âge :


Il est donc tout à fait possible aujourd’hui de donner aux enfants la liberté de connaitre leurs lignées, leurs vies antérieures et de savoir qu’il existe des mondes parallèles, méconnus selon les conventions de notre société actuelle, mais qu’ils peuvent parfaitement capter. Le seul point à vérifier est que ces perceptions libérées ne viennent pas entraver leur adaptation à leur vie d’être humain. Ainsi pouvons-nous offrir à des enfants une vie où ils ne devront pas, après coup, retrouver des capacités perdues.

Techniques de protections par la représentation

Catherine Atger

La codification de ce schéma est la suivante :


Il s’agit de deux personnes. A gauche un homme, car le masculin est représenté par un petit cercle blanc et à droite une femme, car le féminin est représenté par une lentille noire.

La psyché est représentée par un plus grand cercle et le corps physique par un simple trait qui part du petit cercle noir ou blanc.

Leur âme est activée par le point violet se situant dans l’axe du corps. L’esprit, c’est la couleur, ici orange ou bleue.

Les crochets en bec de canard représentent les liens d’attachement, plus précisément la part toxique de ces liens qui est ainsi coupée. Par contre, la couleur dirigée vers l’un et l’autre représente les liens d’amour et de respect qui restent toujours présents et au contraire activés par cette représentation.

La colonne de lumière centrale représente la part informationnelle qui vient harmoniser la relation entre les deux êtres. Ces colonnes servent à la transmutation des personnes décédées. Ici, elles aident à l’apaisement des formes pensées ou d’évènements vécus non apaisés.

Ainsi, ce type de schéma peut être réalisé entre parents et enfants, entre les deux membres d’un couple, entre deux collègues de travail, en cas de situation trop fusionnelle comme en cas de harcèlement ou toutes autres situations relationnelles difficiles. Réaliser ce type de dessin apaise les tensions et éveille au contraire l’amour toujours présent entre deux âmes.

Il ne doit pas être fait sans l’accord au moins d’un des deux êtres concernés, qui fait lui-même le dessin dans une intention positive ou le laisse faire par son thérapeute au cours d’une séance.

Ce schéma est proche de celui que propose Jacques Martel avec ses bonhommes allumettes. Il est possible de l’afficher quelque part dans son environnement, afin de l’activer par sa conscience.

2014 : L’appareil psychique est bien un organe de perception indépendant de l’activité du cerveau.

C’est la rencontre en conférence de Lucile et ses parents qui nous permet de confirmer que nous avons des perceptions en dehors de l’activité du cerveau. Lucile est atteinte d’une microcéphalie. Elle est capable cependant de dialoguer avec son entourage, elle voit ce qui se passe alors que ses capacités visuelles sont très réduites… Pour dialoguer elle utilise les techniques de la communication facilitée. Elle s’exprime par la main de quelqu’un d’autre qui se connecte à elle et écrit ce qu’elle veut dire. Il lui est arrivé ainsi de raconter des scènes précises par la main de personnes qui n’avaient pas du tout assisté à ces scènes. Ceci authentifie donc le fait qu’il est possible de capter des données en dehors de l’activité du cerveau.

Plus de précision sur la nature des cellules psychiques.

Au-devant du capteur d’évènement, les représentations psychiques se positionnent. Ces images, apparentées à des aprioris, nous permettent de capter des données. Si nous n’avons pas l’image d’une fée comme réalité, il nous sera donc impossible de voir voler une petite fée dans notre entourage.

Ces images-représentations vont peu à peu devenir dans notre langage thérapeutique des « cellules psychiques » d’autant plus qu’il est possible de constater que certaines représentations peuvent être « vivantes » au sens actives. En effet, une représentation psychique peut être par exemple l’image d’un aïeul lié à une façon de vivre un métier, et si cet aïeul est fantôme, il est toujours vivant dans un genre d’espace/temps. Il peut se dilater dans la psyché de son descendant, le décaler et s’exprimer par les gestes du corps et le discours de son descendant. Ces phénomènes interrogent profondément la nature de notre personnalité parfois changeante. C’est pourquoi le concept de cellules psychiques est introduit afin de nous ouvrir à une compréhension du moi décidément composé de l’autre, ou de petits bouts d’autres. Ces cellules psychiques sont des composantes essentielles de notre personnalité. Elles viennent aussi bien de notre lignée que de nos choix d’identification, volontaires ou involontaires, conscients ou inconscients. Ces réalités psychiques sont capables de générer des actes qui ne sont pas de simples mécaniques répétitives. Ainsi, les répétitions psychogénétiques peuvent prendre des aspects variables, mais toujours en réaction aux souffrances premières vécues par l’aïeul racine.

Approfondissement sur les différents rôles du plan éthérique.

Le contenu de l’enseignement évolue. Le système éthérique complète l’ADN et les 5 sens du corps physique. Il complète les forces physiques et permet la nourriture pranique qui s’ajoute, sans que nous en ayons conscience, à la nourriture physique.

Etre au clair sur les différents rôles du plan éthérique permet de mieux comprendre l’origine de maladies physiques. Beaucoup de maladies auto-immunes ou de maladies de la multiplication de cellules trouvent apaisement dans des actes de purification des plans éthériques. On constate aussi que certains aïeux écrivent sur notre corps leurs blessures psychiques ou physiques. Par exemple, des problèmes de cœurs vécus peuvent se traduire par des troubles cardiaques chez leurs descendants. Mais un coup de couteau reçu dans le cœur peut aussi générer les mêmes troubles cardiaques.

Chaque séance en métaformie nous guide vers une histoire toujours particulière qui permettra dans tous les cas une purification de la partie concernée de l’aura du patient. Les résultats, autrement dit les changements générés par ces soins, seront d’autant plus spectaculaires que la personne en soin n’a jamais jusqu’à présent envisagé que sa maladie pouvait venir de ce type de cause.

Création de cartes pédagogiques

La pédagogie évolue. Pour améliorer la qualité de l’enseignement de notre méthode, des cartes pédagogiques ont été créées. En voici un exemple.

Cette carte est présentée normalement en recto verso. Elle est à lire de bas en haut. Elle montre le champ de donnée de la science physique : les 5 sens. Le champ de données d’une science psychologique : les chakras comme capteurs d’évènements (ondes inclues dans notre espace/temps). Le champ de données d’une science métaphysique qui nous permet d’accéder à d’autres dimensions hors espace/temps. Des tubes de claires perceptions sont présents comme si nous avions un casque posé sur la tête.

Si bien qu’une personne qui ne peut pas utiliser ses 5 sens physiques, capte quand même les évènements de la vie et des réalités informationnelles. Prendre concience des différentes natures de notre système de perception permet de comprendre bien des phénomènes inexpliqués par la science physique seule. Cela permet aussi d’utiliser nos différents modes de perceptions avec plus d’efficacité.

Catherine Atger


2017: La période de 2017 à aujourd'hui est consacréeà une meilleure définition de l'esprit

Le livre de Yann Lipnick : « Connais-toi toi-même et tu connaitras l’univers et les Dieux. » permet de trouver les matériaux nécessaires à une construction imagée des plans informationnels et notamment les 5, 6 et 7èmes niveaux de l’aura.

Voir la vidéo de 2017 où apparaissent les logiciels de conscience.

Ceci permet à la métaformie de mieux enseigner le rôle structurant, organisateur, générateur d’harmonie des plans spirituels. Ainsi donc, l’appel d’un guide ou d’une aide pour mieux vivre un évènement ou mieux réaliser un soin ou une prière se réfère à un autre, un Autre. Cet autre n’est pas une réalité vibratoire psychique mais un être vivant dans d’autres dimensions. Les relations inter-dimensionnelles sont donc pour un être humain indispensables afin que chacun puisse baigner en conscience dans la réalité cosmique.

2020 : Il n’y a pas que des entités humaines. La métaformie reste spécialisée dans le traitement des questions autour des entités humaines, et se complète en intégrant des approches énergétiques qui traitent d’autres types de perturbations du biochamp.

2021 : auto édition du premier livre de Catherine ATGER qui présente rapidement l’essentiel de la métaformie. Ce que je vais vivre après ma vie.

Plus de détails et appel à recherche

Les textes suivant sont des approfondissements pour les lecteurs particulièrement intéressés par ces questions. Les formations des fondamentaux en métaformie ou les formations de thérapeutes apporteront encore plus d’éléments de compréhension.

Les ancêtres ou l'arbre de vie.

1) Lorsqu'il s'agit, au cours d'une séance d'aller chercher l'origine d'une fréquence de souffrance qui génère des « pertes d'identités », très souvent nous trouvons une origine psychogénétique. Par exemple, des fréquences de violences se trouvent présentes dans une famille et paraissent héréditaires. Le thérapeute métaformiste qui identifie ces fréquences au cours de la séance va alors tâcher de trouver l'ancêtre «racine», autrement dit l'ancêtre qui a vécu le premier un ou des événements particulièrement difficiles.

2) La recherche se fait en dressant sur feuille une branche d’un « arbre de vie » qui correspond à l'arbre généalogique de la personne. Peu importe si nous connaissons ou non cette lignée, nous allons la découvrir pendant la séance. On peut trouver par exemple un homme, dix générations au-dessus de notre patient, qui a vécu des événements violents. Il s'agit alors de relier le patient à son ancêtre en suivant les réactions du pouls : le « grand-père 10 » est par exemple de la lignée de la mère du patient, puis du père de la mère, puis d'un homme encore en génération 3, puis disons d'une mère en génération 4, etc… La représentation sur papier de cette branche génère un genre de réalité, un lien ou une adresse. Une mise en relation avec ce personnage ou son activation est alors facilité.

3) Les perceptions extra-sensorielles accompagnée de réactions corporelles des patients nous permettent d'affirmer qu'au cours de la séance nous activons en effet une présence vibratoire, certes, mais que cette présence a une réalité, disons comme une vie autonome. On peut ici imaginer que notre corps est un village où habitent les représentants de nos lignées.
Nous rencontrons alors deux cas de figure. Un ancêtre peut avoir passé les deux étapes de la mort ou un autre, que nous dirons aïeul, est peut-être « encore aux prises avec un espace et un temps psychique ». Dans le premier et le meilleur des cas, notre ancêtre va nous transmettre, par la partie vibratoire de notre ADN ou par la part informationnelle de notre biochamp, les résultats d'expériences de son existence, autrement dit, des forces ou des savoirs faire qui vont enrichir notre patrimoine psychogénétique. Par exemple, si nous avons un ancêtre maçon, nous saurons facilement construire le dimanche un mur en pierres sèches dans notre jardin. On dit couramment que nous avons des savoirs « dans le sang ». Si une personne à des capacités médiumniques (cela signifie qu’il sait utiliser un de ses tubes de claire perception), il va alors percevoir des présences dites lumineuses dans la pièce (des formes parfois humaines, blanches ou en lumière qui semblent flotter dans l'espace de la séance.) Par contre, l'aïeul qui n'a pas traversé la double porte de la mort, va nous transmettre ses souffrances et notamment les problèmes qui l'ont privé de la possibilité de quitter vraiment son existence. La personne qui utilise ses capacités médiumniques va alors percevoir des formes humaines, parfois habillées de leurs costumes d'époque.

4) Pour mieux comprendre ces phénomènes, nous allons parler, encore une fois, de cette « double porte de la mort ». En effet, nous mourrons en deux temps, comme nous naissons en deux étapes : la conception puis la naissance. Pour mourir, il y a d'abord la mort du corps physique et la disparition du premier étage de l'aura, c'est-à-dire du corps éthérique. A ce moment-là, toutes les « mémoires » de notre vie basculent dans le deuxième et le troisième étage de l'aura (dans notre plan psychique). C'est pourquoi nous voyons défiler tous les évènements de la vie. Puis, nous avons quelques heures, quelques jours ou plusieurs années pour quitter vraiment les problématiques de notre vie en cours. Mais parfois, il arrive qu'une personne puisse rester coincée dans cet état « entre deux ». Ces personnes sont en langage courant appelées des fantômes. Ces fantômes habitent souvent leurs lieux de vie et viennent aussi habiter d'une certaine manière leurs descendants ou répètent à travers leurs héritiers les drames auxquels ils n'ont pu donner sens. Ils voient, entendent, ressentent et savent parfois utiliser leurs ultra-forces éthériques pour bouger des objets ou les bloquer au contraire.

5) En métaformie, nous établissons dans la lignée l’état psychique ou lumineux de chaque personnage car cela nous renseigne sur la quantité de charge psychogénétique que porte notre patient. Pendant la séance, il s'agit alors de rencontrer l'aïeul racine en souffrance et de lui proposer de l'aider à donner sens à sa vie, puis à quitter l'espace et le temps de son existence. Nous pouvons alors voir le changement d'état de la lignée se refléter sur celui de la personne en soin.

6) Ce changement d'état ou de nature d'une partie des personnages actifs des lignées relève d'une action de programmation cellulaire : nous modifions les déterminations psychogénétiques de leurs descendants. Si bien que la névrose (nourrie de manière psycho-généalogique) ne sera plus alimentée. Pour revenir à notre exemple de violence transmise, nous pourrons alors constater que la personne va pouvoir constater la disparition de cette violence dans sa vie.

7) Depuis que les métaformistes pratiquent ce genre de séance, les résultats obtenus sont visibles et durables dans le temps. Ils sont valables aussi pour les autres membres de la famille. Cependant, une prise de conscience personnelle de tous les membres de la famille est importante afin que chacun agisse activement sur la nature du tissu psychique personnel qu’il a construit pendant son enfance avec d’anciens matériaux psychogénétiques. Nous avons aussi des programmations de vies antérieures qui viennent compléter les pressions psycho-généalogiques. La prise de conscience de ces facteurs est aussi importante pour qu’un changement profond soit observé au sein d’une personnalité.

8) Pour ceux qui n'ont pas encore développé des perceptions directes de ces réalités psychiques, l'usage du pouls réflexe nous permet de positionner les êtres subtils dans l'espace de la pièce, d'observer leurs déplacements et d'entrer en dialogue avec eux par l'utilisation des tables logiques de questionnement dont le thérapeute dispose. Peu à peu, un thérapeute formé à la métaformie va pouvoir éveiller ses propres perceptions extra-sensorielles, visualiser ces présences et participer au développement de ces capacités chez ses patients.

Quelques mots sur les forces positives ou les jumeaux



Il est tout à fait possible aussi de faire des séances initiatiques où il s'agit de solliciter ou d'activer des forces positives existantes, mais peut-être non éveillées chez le patient. La séance consiste alors à isoler et localiser la zone où sommeillent les forces en question. On suit un protocole pour faire basculer ces données inconscientes dans la psyché afin de les découvrir. Ensuite, le thérapeute cherche à mettre en évidence avec son patient les éventuels empêchements qui peuvent limiter l’expression de ces force positives. Par exemple, une jeune femme a un fort désir d'enfant, mais ayant elle-même vécu des relations parents enfants compliquées, il lui est difficile de trouver en elle les identifications positives maternelles fondamentales dont elle a besoin. Une séance positive va peut-être la relier à une famille ancêtre où la vie des enfants était heureuse et équilibrée : ainsi, le savoir être maternel va s'implanter auprès de la jeune femme. Des fréquences d'amour maternel vont vibrer dans son aura à la place des précédentes fréquences d'abandon par exemple. Mais pour arriver à intégrer vraiment ces qualités, il s’agit pour elle de faire la paix avec certains conditionnements de sa vie actuelle.

Ce type de travail rencontre un vif succès et notamment auprès des adolescents ou auprès de personnes jeunes.

Ces séances positives peuvent aussi suivre un protocole dit « des jumeaux ». Il semble en effet que nous puissions voir se greffer dans notre aura, sur son étage dit « causal », des présences liées à la nécessité d'être accompagné dans notre incarnation par des «aides». De la même manière que nous avons deux genres d'ancêtres, nous pouvons aussi avoir deux genre d'aides : ceux qui aident car ils sont postés sur des registres informationnels et ceux qui sont des boucliers protecteurs, sur des fréquences psychiques. Ces derniers nous protègent, certes, mais peuvent cependant freiner notre vie ou obstruer notre aura. Ils changeront de place et de façon de se manifester dès lors qu’un individu fait une recherche personnelle sur le sujet difficile que porte ce jumeau ou cette jumelle. Un traitement des jumeaux permet parfois de réaliser de superbes séances, très inattendues. L'activation de ses jumeaux permet une évolution de la conscience et de la sensibilité de la personne.

En dire un peu plus sur l'accès à nos vies antérieures



Il est possible aussi de trouver des mémoires de vies antérieures capables de nourrir des fréquences dites de souffrance.

Le protocole sur les vies antérieures nécessite de préparer le plan subtil concerné en début et en fin de séance. Il s’agit de pratiquer un magnétique spécial dans l’aura du sujet en recherche.Ce magnétisme s’enseigne par transmission initiatique lors de formations de thérapeute. L'accès et la quête d'informations sur la vie antérieure peut se faire exactement comme pour le travail sur les ancêtres, soit par visualisation directe, soit en utilisant cet excellent outil du pouls réflexe croisé avec nos feuilles de repères.

Lorsque la vie antérieure est retrouvée accompagnée d’un roman familial antérieur laissant apparaitre un trauma ou une blessure d’âme, une proposition de réécriture de l’expérience antérieure est suggérée afin de modifier le passé antérieur.

Le protocole d'accès spécifique qui passe par un magnétisme adapté permet de contacter le niveau « hors temps » du biochamp de la personne, en début de séance, et de réparer, en fin de séance, des cicatrices ou traumas structurels résultant d'expériences de vies antérieures. Cette approche de la structure permet de libérer certains caractères ou personnalité de déterminants parfois pénibles.

Plusieurs séances sur les vies antérieures permettent de dessiner un chemin de vie ou un chemin d'évolution des âmes de chacun.

La perception hors corps ou sans corps par le plan éthérique.



Nous pouvons aujourd'hui affirmer qu'il est possible de voir, d'entendre et de comprendre sans cerveau ou avec un cerveau très peu développé. Ceci nous ouvre ainsi à la découverte de l'univers vibratoire. Comment pensons-nous, comment vivons-nous sans cerveau, sans organe de l'audition, de la vision et finalement sans corps du tout ? Comment fonctionnent nos plans subtils lorsqu'il sont séparés du plan physique ?

Le plan éthérique apparait ainsi comme très intéressant à étudier. Vivre la deuxième étape de la mort, cette période entre la perte du plan physique et la perte du plan psychique, peut devenir pour ceux qui ne sont pas trop chargés de mémoires, une occasion d'éprouver les lois vibratoires qui semblent échapper aux lois de la gravité.

Ces observations sur le fonctionnement autonome du plan éthérique peuvent aussi répondre aux questionnements de personnes qui vivent de leur vivant des voyages astraux.

La métaformie est une méthode de recherche qui demande à entrer en dialogue avec la médecine, la psychologie et la psychiatrie actuelle. En effet, seule une approche suffisamment bien randomisée pourra permettre d’éviter des biais concernant nos résultats. Mais jusqu’à présent, la métaformie est une approche trop récente pour que des crédits soient ouverts afin réaliser des études fiables.

C’est pourquoi cette méthode passe par le chemin habituel des nouvelles méthodes : ce sont les citoyens qui vont, par leur pratique trouver des chemins de guérison. C’est le nombre de personnes pratiquant la métaformie et l’intérêt de spécialistes médecins ou psychologues qui vont faire connaitre et envisager cette méthode comme fiable et objective et élargir le champ de conscience des humains de notre culture au 21ème siècle. Précisons cependant que cette ouverture de conscience se fait naturellement par l’émergence de nombreuses méthodes en énergétique, de géobiologie, de radiesthésie ou autres approches quantiques, médiumniques, etc…

La métaformie se propose de faire un pont logique entre notre culture scientifique et la science de demain.