ORIGINE DE LA MÉTAFORMIE

Texte rédigé par Catherine Atger


Catherine Atger

Méta-formie signifie « formes au-dessus » ou la prise en compte des réalités vibratoires qu'il est possible de capter dans le champ de notre aura.

Une métaforme peut être la forme d'un chakra, d'une représentation, ou des scènes de vie (formes-pensées). Cela peut être l'expression sensitive d'une entité, un flash. Bref, une métaforme est la forme de tout ce qui se manifeste en matière ectoplasmique ou en ondes psychiques. Aujourd'hui, je parle de cellules psychiques qui répondent elles aussi aux propriétés particulières des métaformes : dilatation/rétractation de cette réalité vibratoire, multiplication ou transposition instantanée en divers lieux, activation par résonnance, transmission par identification. (Si ces termes vous sont à ce jour inconnus, laissez passer. Des explications vous seront données ultérieurement).

J'ai suivi en 2007 et 2008 deux formations en même temps, l'une venant d'une école issue des recherches du Dr Jean-Louis Brinette, l'autre venant de François Couturier, thérapeute énergéticien qui venait d'arriver dans ma région, à Manosque.

François Couturier m'a initiée à l'usage du pendule, à la dynamisation des chakras au niveau éthérique, à la reformulation selon les principes d'écoute de Karl Rogers ainsi qu'aux bases du décodage biologique.

En même temps, j'ai intégré à Paris le protocole du Dr Jean-Louis Brinette, fondateur de l'étiomédecine (la médecine des causes). Cet enseignement était cependant de seconde main. Il m'a été présenté en effet par un de ses élèves qui avait conçu sa propre méthode en adaptant une partie de l'étiomédecine à des concepts relevant de la logique de Lupasco et de la physique quantique.

Quoiqu'il en soit, le protocole de Brinette permet d'accéder au causes émotionnelles de nos maladies grâce à un principe qui sera expliqué par ailleurs dans ce site ou en formation.

J'étais très motivée pour étudier et avancer dans mes recherches. J'ai fait beaucoup d'exercices sur moi-même ou avec des amis. C'est en dynamisant des chakras qu'en juin 2007 j'ai pu sentir dans mes mains comme des formes solides se trouvant dans le vide au-dessus de la personne allongée. Il s'agissait de boules, ou d'objets, ou d'images. Puis j'ai senti la peau des chakras à leur niveau éthérique, et enfin à tous les niveaux. Ces perceptions étaient pour moi nouvelles et d'autant plus surprenantes qu'elles ne m'avaient pas été enseignées !

Pour moi qui venait du monde de la psychanalyse, il était évident que je venais de découvrir à nouveau l'appareil psychique tel que Freud tentait de le décrire dans ses premiers ouvrages. Notre personnalité est bien localisable, perceptible ! Mais Freud ne la situait pas vraiment dans ses écrits par rapport au corps physique. Il en décrivait uniquement la topologie et l'expliquait en utilisant des métaphores électriques (courant continu, discontinu, pare-excitation). Il parlait d'énergie–pulsion qui réalisait des frayages dans le psychisme. Mais depuis, les temps ont changé, le terme énergie a pris un autre sens ! La culture orientale avec l'acupuncture et les arts martiaux ont en effet introduit dans nos logiques l'idée des champs énergétiques, des forces éthériques, etc… Il était donc possible pour moi de comprendre à nouveau l'appareil psychique de la psychanalyse.

J'ai alors écrit un premier fascicule, que j'améliorais sans cesse. Il avait pour titre : « Les dimensions invisibles de notre corps ».

C'est à partir de ce moment que mon formateur parisien avec qui j'ai parlé de mes découvertes a pris des distances à mon égard sans que je ne comprenne trop pourquoi. Et finalement, en juin 2008, à ma stupéfaction, je me suis vue « interdire » de pratiquer sa méthode car : « tu n'as rien compris » m'a-t-il dit (à la logique de Lupasco j'en conviens !). Par chance, j'avais gardé le droit, selon lui, de me servir du protocole du Dr Jean-Louis Brinette que nous avions validé en fin de première année.

Entre juin 2007 et décembre 2008, j'ai découvert la réalité et l'importance des perturbations liées aux entités, j'ai su faire des passages d'âmes, puis j'ai été comme guidée dans la mise en œuvre de protocoles d'accès aux ancêtres. Il y a eu beaucoup de changements, d'élaborations… Je ne pouvais plus me référer à aucun de mes deux derniers formateurs, ni à la psychanalyse si longuement étudiée, ni à Jean-Louis Brinette que je n'ai pas eu la chance de connaitre de son vivant, même si je pense aujourd'hui que c'est lui qui me guidait ainsi.

J'ai donc crée cette méthode que j'ai nommé la métaformie afin de parler en mon nom et d'assumer la responsabilité de mes affirmations.

J'ai ensuite pensé qu'il me fallait enseigner ce qui m'avait été révélé. J'ai publiquement présenté la Métaformie le 27 novembre 2008. Puis j'ai fait des conférences, des ateliers, des petites formations. En 2010, j'ai ouvert l'IFTM qui est une SARL (Institut de Formation de Thérapeutes en Métaformie) afin d'enseigner officiellement cette méthode. Ma pédagogie a évolué, la méthode aussi, mes supports de cours se sont étoffés, illustrés…

Ces dix années d'enseignements et de pratique de soins m'ont permis de poser, de clarifier la Métaformie, et surtout d'en vérifier l'efficacité non seulement lorsque je la pratique mais aussi lorsque d'autres métaformistes la mettent en œuvre à leur tour. La Métaformie est maintenant prête à se faire connaitre par le plus grand nombre !

Remerciements
Aujourd'hui, je remercie vivement toutes les personnes en attente de soin qui ont ou qui vont faire confiance en cette méthode, tous ceux et celles qui ont ou qui vont bien vouloir l'apprendre, tous les enseignants qui ont permis la naissance de la Métaformie et tous ceux qui me soutiennent au quotidien afin de permettre son rayonnement.